davis-el-sayegh-avril-2009-jean-baptiste-millot-623.JPG
David El Sayegh

« comme la forte hausse (…) de la consultation en streaming »

Que le streaming soit en hausse, c’est vrai. Qu’il soit une révolution technologique, ça l’est aussi. Mais osez dire que c’est un signe positif pour le marché du disque, c’est une aberration. Une écoute sur deezer rapporte environ 0.1 centime d’euro à l’artiste, alors pour doper le marché, on a connu bien mieux.

« Nous espérons que la loi mettra fin au sentiment d'impunité des pirates. »

La réaction des pirates sera surtout un profond dégoût. Résultat, de gros consommateurs fuiront. Pour reprendre la phrase de M.Rees (PC Inpact) « Rien ne démontre qu'un abonné menacé ira courir à la FNAC, carte bleue en main, après le premier mail ». Le seul espoir des majors du disque est de relancer la consommation culturelle, consommation qui a baissé naturellement avec le reste du pouvoir d’achat, quoi de plus stupide que d’y aller au fouet ? Cette loi n’aura aucun impact positif sur l’industrie du disque.

« Oui. il existe une large palette d'offres en France »

Il reste tout de même un effort à faire pour l'interopérabilité ainsi que pour le prix, honteusement proche de celui du support physique alors que les investissements ne sont pas les mêmes.

« Elles ont enlevé les verrous techniques »

Une aberration qui ne fallait pas mettre dès le départ. Je n’apprécie pas ce raisonnement du « je recule d'abord, ensuite je fais un pas en avant en disant : regarder on va de l'avant », non, l’industrie du disque est en train de stopper les DRM (car il en reste encore un paquet) et ce n’est pas bien, non, c’est normal. Ce n’est pas une évolution, c’est une évidence, et ça aurait été un crime de ne pas le faire.

Bref, il faudra encore des efforts de l'industrie du disque pour enfin se placer au sein de la révolution numérique. Cela passera par de douloureux changements, comme arrêter cette logique d'économie de rareté pour une économie d'abondance.